Vous êtes dans : Accueil > La ville > Ils ont la parole

Ils ont la parole

Opinions ...

Groupe Majoritaire « Dynamique et engagée »

On ne peut que constater l’ambiance particulièrement anxiogène due à la fois à un virus mutant mais également aux décisions souvent confuses du gouvernement, qui entraînent des conditions économiques et sociales très difficiles pour un certain nombre de nos concitoyens.  

Pour leur venir en aide, la municipalité, via le CCAS, continue son action de soutien envers les personnes fragiles et en difficulté. Il aide notamment à la prise de rendez-vous pour la vaccination ainsi que pour les déplacements vers le centre dédié. La vaccination de tous les résidents volontaires de la résidence autonomie "Les Coupances" est par ailleurs terminée.

Cette période est également celle des mesures de carte scolaire qui, à Domérat, aboutissent à la suppression d’un poste d’enseignant. Le groupe majoritaire déplore que, en cette période de pandémie, de telles décisions ne soient pas suspendues. La demande d’un moratoire ayant été rejetée, une classe sera supprimée à la rentrée 2021 sur la commune. Ce qui permet dans un premier temps de ne fermer aucune école. Une concertation avec tous les partenaires concernés (parents, enseignants, municipalité) aura lieu pour envisager une solution durable pour la rentrée 2022 et les suivantes.

Dans le domaine culturel, le groupe majoritaire regrette le manque de lisibilité et de perspectives et soutien le monde du spectacle dans ses revendications. à notre échelle, une programmation culturelle diverse, variée et adaptée au contexte, est maintenue afin de permettre à chacun de passer des moments festifs et de partage tout en respectant les consignes sanitaires.

Les élus sont toujours mobilisés pour faire en sorte que Domérat reste une commune où il fait bon vivre.

Pour la majorité municipale

 

 

Groupe communiste « Ensemble pour Domérat »

Pour nos enfants...

Depuis un an, nous vivons une situation particulière, situation où notre regard sur le monde et sur l'avenir est le plus souvent voilé par le pessimisme ambiant. L'avenir pour nous tous, femmes et hommes ce sont nos enfants, nos jeunes. Nous nous devons de les aider à évoluer dans un monde en toute sérénité. Ce sont eux les femmes et  hommes de demain, pour ce faire, notre génération doit faire le pari de l'éducation.

On nous parle de fermeture de classes, voire d'écoles, à l'heure où il faut alléger les classes pour éviter la propagation de certains virus. La fermeture de classes reste une mécanique comptable. Donner à nos enfants la possibilité partout sur le territoire d'être 20 par classe est le vrai pari que notre société devrait prendre.

Ce meilleur passe par des relations humaines de qualité, avec des enseignants qui ont les moyens d'enseigner et d'éduquer, à un nombre d'élèves peu important. 

La pandémie avec ses risques, a imposé aux municipalités de mettre en place des protocoles contraignants pour la sécurité de tous. Dans le même temps l'Education Nationale ferme des classes voire des écoles, et par action mécanique augmente le nombre d'enfants par classe.

à Domérat, c'est toute la communauté éducative qui doit réfléchir à l'avenir des écoles de demain sur notre territoire. Nous sommes tous concernés et devons tous penser l'avenir.

C'est le sens de notre soutien à la démarche des parents de l'école A.  Fournier.

Dans un même temps, nous élu(e)s communistes et républicain(e)s demandons à l'instar d'autres élu(e)s en France un moratoire sur les fermetures de classes, sur les réformes en cours et un plan d'urgence pour l'éducation construit avec l'ensemble des acteurs. 

Virginie AURAT, Corinne CHIROL et Joël LEFEBRE

Élu-es Communistes et Républicains de la liste «Ensemble Pour Domérat»

 

Groupe "Bien vivre à Domérat"

Cela fait maintenant un an.

Un an maintenant que les élections municipales ont eu lieu. Celles des départementales et des régionales arrivent. Espérons que l’abstention des municipales ne se reproduise pas. Bien sûr, notre démocratie doit vivre. Mais avec ce contexte si particulier, nous devrions probablement adapter notre mode de scrutin afin de garantir les valeurs démocratiques.

Un an maintenant que nos vies sont rythmées au bon vouloir de la Covid19. Pour combien de temps encore ? Difficile à dire. Mais, nous nous adaptons à de nouvelles pratiques : "visios", gestes barrières, "click&collect", drives, horaires contraints, etc. Notre commune devra s'adapter. Car, en effet, ces nouvelles façons de vivre resteront et cohabiteront avec nos habitudes de vie d’avant Covid. Notre commune a beaucoup à faire et doit combler le retard sur le développement du numérique et sur les nouveaux modèles économiques.

Un an maintenant que nous avons à gérer notre travail, la garde de nos enfants et souvent la classe à la maison. Espérons que cette année, l'expérience nous aidera à apporter le soutien nécessaire aux familles avec nos centres de loisirs ouverts.

Un an maintenant que nos aînés sont parfois bien seuls. Tous les moyens doivent être mis en œuvre pour leur apporter un minimum de vie familiale et sociale tout en les protégeant.

Enfin, cette année est aussi l'annonce d'une suppression de classe. Nous sommes heureux que la proposition que nous demandions soit finalement adoptée. En effet, un travail va commencer associant toutes les parties prenantes pour trouver des solutions pérennes pour nos écoles.

Isabelle Clémensat et Laurent Dequaire